Télétravail : 5 recettes efficaces pour préparer le terrain dès l’entretien d’embauche

Le télétravail a progressé ces dernières années et il constitue désormais une manière efficace de poursuivre l’activité en cas de crise. D’ailleurs, des millions de Français l’ont expérimenté dans le cadre de la crise sanitaire ou durant les grèves de transport. … Continuer la lecture

5 recommandations pour décrocher un entretien de recrutement pendant votre congé maternité… et être recrutée !

Contrairement à une idée reçue, chercher un nouvel emploi durant son congé maternité est une bonne idée à condition d’employer les techniques appropriées. Une naissance est l’occasion de faire le bilan de sa vie professionnelle et voire de changer de … Continuer la lecture

5 stratégies pour optimiser ses chances d’être sélectionné par des recruteurs utilisant les techniques de programmatique RH

La publicité programmatique consiste pour un annonceur à diffuser des annonces sur le web vers une audience segmentée en optimisant leur impact de manière à optimiser son retour sur investissement, c’est-à-dire ses ventes par rapport au nombre d’annonces diffusées. Pour … Continuer la lecture

5 conseils clé pour valoriser votre expatriation

Vous revenez de plusieurs années d’expatriation à l’étranger et cherchez à valoriser votre parcours dans le cadre d’une recherche d’emploi lors de votre retour ? Voici 5 conseils clé à mettre en œuvre absolument.

Optimiser votre CV pour intégrer votre expatriation dans votre parcours professionnel

En premier lieu, il faut s’assurer que votre CV intègre votre expatriation comme une expérience à part entière dans votre parcours, sans pour autant lui donner une place écrasante. L’objectif de votre expatriation doit apparaître clairement, mais le fait que vous êtes rentré définitivement également. Pour cela, la date de retour doit figurer, ainsi que votre adresse postale et un numéro de téléphone correspondant au pays dans lequel vous recherchez du travail : votre adresse d’expatriation est à bannir.

Ne pas laisser de trou dans votre CV

Si vous n’avez pas travaillé pendant votre expérience internationale, si vous avez suivi votre conjoint ou bien encore si vous avez exercé un métier différent, ne laissez surtout pas un trou dans votre CV. Détaillez toutes vos activités : bénévolat, organisation d’événements ou de voyages, apprentissage d’une langue, formations, immersion dans un autre secteur, jobs alimentaires. Le recruteur ne doit pas penser que vous n’avez rien fait sur ce laps de temps.

Parler de son expatriation sans trop en dire

Tout comme dans votre CV, il vous faudra montrer en entretien que votre expatriation a été un moment intégrant et valorisant de votre carrière, et non pas une pause. L’écueil fréquemment commis est de parler un peu trop de son expatriation en entretien : attendez que le recruteur vous questionne à ce sujet pour en dire plus, et recentrez votre réponse sur ce que cette expérience vous permet d’apporter à l’entreprise. Il ne faut être ni trop confiant sur son expatriation, ni en avoir honte, restez mesuré.

Valoriser les compétences acquises durant son expatriation

Vous pouvez mettre en avant les compétences acquises lors de votre expatriation, tout particulièrement si l’entreprise chez qui vous passez un entretien a une dimension internationale. Ouverture d’esprit, adaptabilité, créativité, organisation, optimisme, force de proposition, travail en équipe multiculturelle, apprentissage ou renforcement d’une langue, n’hésitez pas à préparer en amont les points forts acquis lors de votre expérience à l’étranger.

Expliquer les raisons du départ… et du retour

Enfin, le recruteur risque bien de se montrer curieux, sachez donc expliquer pourquoi vous êtes parti et pourquoi vous êtes revenu, en toute honnêteté. Rassurez le recruteur sur le fait que cette expérience fait désormais partie du passé, que vous ne comptez pas repartir, et également, en particulier après une expatriation longue, que vous avez pris la mesure de l’impact de ce retour et de la nécessité d’une certaine réadaptation.

Certains recruteurs sont encore méfiants des parcours à l’étranger, et toutes les expatriations ne se valent malheureusement pas à leurs yeux, en fonction du pays et du métier exercé. Préparez donc bien votre entretien en amont pour valoriser votre retour d’expatriation, et mettez toutes les chances de votre côté pour faire bonne impression.

Le truc de CVfirst : il est facile pour un recruteur de piéger un candidat de retour d’expatriation en lui suggérant de parler du pays dans lequel il a vécu. Très rapidement, l’entretien va déraper sous l’angle loisirs… pour éviter cet écueil, le candidat aura toujours intérêt à rester strictement professionnel en précisant bien qu’en expatriation, « je travaillais tout le temps et n’avais guère de loisirs », mais « j’envisage d’y retourner pour mes prochaines vacances » de manière à découvrir le pays.

Conseil sur mon CV : comment les interpréter ? (1)

Les avis sur son CV sont plein d’enseignements, mais attention à bien les interpréter !

Conseil n°1 : Vous devriez utiliser un autre modèle de CV…

Conseil récurrent s’il en est, la forme arrive généralement en tête de liste et c’est tout à fait logique : nous vivons dans un monde de paraître où nous sommes tous supposés rentrer dans un cadre prédéfini et le CV n’échappe pas à cette règle.

Ce conseil est particulièrement pernicieux : depuis tout petit, on nous dit d’être sage, de nous conformer aux règles et de rester à notre place, de bien nous tenir et de veiller à notre présentation. Alors, bien sûr, notre CV doit montrer que nous savons être sage… mais il doit aussi et surtout montrer que nous savons sortir du cadre quand cela est nécessaire.

Comment interpréter ce conseil ?

Si vous avez utilisé un modèle de CV, cela veut dire que votre interlocuteur ne vous voit pas dans le moule que vous vous êtes vous-même imposé. En vous conseillant un autre moule, il vous conseille sans réellement s’en rendre compte de sortir du moule et d’éviter le carcan imposé par le modèle de CV.

Si vous n’avez pas utilisé de modèle de CV, cela signifie que vous avez un profil de manager voire de dirigeant et que vous êtes prêt à évoluer et à réellement sortir du moule. Il est temps de montrer cette facette de votre personnalité à votre entourage !

Comment suivre ce conseil si vous avez utilisé un modèle de CV ?

Si vous avez utilisé un modèle de CV, il est temps de changer votre fusil d’épaule ! Néanmoins, il ne faut surtout pas changer de modèle de CV pour utiliser un autre modèle de CV : cela serait tomber de Charybde en Scylla. Non, il faut absolument vous débarrasser de ce carcan du « CV-modèle » qui nuit à votre progression et qui pervertit l’image que vous donnez de vous même.

Pour cela, c’est très simple : il faut simplement repartir d’une feuille blanche et éviter tous les artifices graphiques préconçus qui nuisent à votre image.

Quelques puces, pas trop exotiques, sont bien suffisantes pour vous différencier sans biaiser votre image.

Car, on ne le répètera jamais assez, le format du CV sert uniquement à mettre en avant le contenu, il ne doit ni le masquer ni se substituer à un contenu trop pauvre.

Comment suivre ce conseil si vous n’avez pas utilisé de modèle de CV ?

Dans ce cas, il vous faut tout d’abord contrôler la présentation générale de votre document.

Partir sur un format libre ne veut surtout pas dire que le format ne doit pas être soigné : le gris typographique est-il équilibré, les indentations sont-elles correctes, les tailles de caractères sont-elles uniformisées ?

Une fois ces points vérifiés, il convient d’accorder le contenu au contenant, c’est à dire à justifier dans l’accroche et dans le corps du CV de cette liberté par la mise en avant de compétences en rapport avec votre positionnement managérial.

Ces compétences ou soft skills sont indispensables même si vous ne visez pas immédiatement un poste managérial, en particulier pour les directions des ressources humaines qui recherchent des savoir-êtres plus que des compétences brutes.

Accorder la forme au fond ne peut se faire que si la forme ne vient pas prendre le dessus sur le fond !

L’abécédaire du CV : D comme Densité

Densité, nom féminin, qualité de ce qui est dense, épais, compact, consistant. Synonymes : concentration, épaisseur.

Densité, nom féminin, qualité de ce qui est dense, épais, compact, consistant. Synonymes : concentration, épaisseur

La densité d’un CV est un indicateur essentiel duquel la consistance et l’image de sérieux produite par le CV découle directement.

La densité d’un CV est définie par CVfirst comme le nombre de mots par page, indépendamment du graphisme du CV ou du nombre de pages. En effet, les enjolivures et autres éléments graphiques sont de la fausse-densité, puisque ces éléments n’apportent pas d’information utile.

Plus le nombre de mots par page est élevé plus petite la taille des caractères doit être, essentiellement pour des raisons graphiques, ce qui revient à considérer que la densité devient inversement proportionnelle à la taille des caractères utilisés pour rédiger le CV.

La densité s’analyse toutefois de manière relative, par rapport au poste et au secteur. En particulier, la densité moyenne du CV augmente naturellement avec l’expérience et sera généralement plus élevée dans les secteurs et fonctions valorisant l’écrit.

Enfin, la densité et le nombre de pages du CV sont deux choses différentes : augmenter le nombre de pages ne doit jamais impacter la densité du document. A poste visé équivalent, un CV d’une page ou un CV de deux pages devront avoir la même densité car le nombre de pages ne doit pas influencer la première impression pour une raison très simple : la deuxième page est rarement lue, elle est généralement uniquement parcourue et les informations reléguées en deuxième page sont considérées soit étant des informations de recherche, par exemple des mots-clés, soit des informations secondaires voire dissimulées volontairement ou non par le candidat.

A retenir :

  • Le sérieux apparent d’un CV découle directement de la densité de ses pages.
  • La densité est néanmoins différente du gris typographie, qui est l’impression produite sur l’oeil par la vision générale de la page, car le gris typographique est impacté par les éléments graphiques.
  • Un CV d’une page ne doit jamais être étalé sur deux pages car il donnerait l’image d’une « histoire qui s’étire » et qui manquerait d’ossature.
  • Plus la densité d’un CV est élevée, moins la taille des caractères du CV est grande. Il n’est pas rare d’observer des CV écrits avec une taille de caractères inférieure à 9 points.
  • La lisibilité liée à la taille des caractères est devenue un « vrai-faux » problème puisque les recruteurs (externes ou internes) vont recevoir et lire les CV à partir de leur version électronique, à la taille qu’ils souhaitent.
  • La densité n’est pas liée au nombre de pages du CV mais uniquement au poste et au secteur visé : un CV de deux pages devrait avoir la même densité par page qu’un CV d’une page, et par conséquent pour un même candidat le nombre de mots d’un CV de deux pages devrait être le double d’un CV d’une page.
  • Le CV d’un débutant ne devrait jamais avoir une densité inférieure à 550 mots/page, tandis que celui d’un cadre expérimenté approchera voire dépassera 750 mots.
  • Un candidat valorisera son sérieux en présentant un CV d’une densité supérieure à celle de ses concurrents.
  • Un candidat valorisera son adaptabilité en présentant un CV d’une densité inférieure à celle de ses concurrents.

CV & profil LinkedIn en anglais : comment traduire les titres et diplômes sans risquer le faux pas ?

Ingénieur, MBA, manager… les pièges de la traduction de CV et de profils LinkedIn sont nombreux.

Ingénieur, MBA, manager… les pièges de la traduction de CV et de profils LinkedIn sont nombreux.
Qui est manager ? Qui est directeur ? Qui est ingénieur ? Qui a un MBA ?

Car il est souvent tentant et flatteur, quand on traduit son CV, d’enjoliver légèrement la réalité. Et, au bénéfice de la traduction, les titres et les diplômes donnent le tournis !

Le pire exemple est certainement le General Manager qui devient Directeur Général, quand il est traduit de de l’anglais vers le français, car le candidat se prend alors les pieds dans le tapis en retraduisant vers l’anglais…

Dans l’autre sens, du français vers l’anglais, la formation dans une toute petite ESC se transforme généralement en MBA, ou le technicien devient ingénieur voire s’auto-propulse directement au niveau « Engineer IV » aux Etats Unis… pour ne prendre que ces exemples courants.

Pour les diplômes, il est encore possible d’enjoliver la réalité (même si le bon temps de l’intraduisible DEUG est presque révolu)

Voyons en détail comment procéder…

Bien sûr, depuis la réforme Licence-Master-Doctorat (2003-2006) et l’harmonisation européenne des grades universitaires, les diplômes de DESS, DEST et DEA ont été remplacés par le diplôme de Master. Seuls les titulaires d’un DESS peuvent se prévaloir de plein droit du grade de Master 2, et le bon temps de l’intraduisible DEUG est presque révolu.

Inversement, l’historique A-level anglo-saxon est tellement dévalorisé que les candidats francophones n’ont plus aucun intérêt à s’en prévaloir : il est devenu préférable de rester sur le Baccalaureate, que certains lecteurs un peu pressés interpréteront comme étant le English Baccalaureate ou EBacc…

Et il y a encore mieux : le MBA. Le Master of Business Administration, ce sésame absolu.

Ah bon ?

Rappelons déjà une évidence : le nom MBA n’est pas déposé et ainsi n’importe qui peut délivrer un diplôme intitulé MBA.

https://fr.wikipedia.org/wiki/MBA_en_France

Oui, n’importe quelle école, association, ou même formateur individuel peut parfaitement délivrer un MBA. Alors, certes, il ne sera pas accrédité AACSB, AMBA ou EQUIS, mais le titulaire se consolera facilement en se rappelant que les MBA de l’IAE Grenoble, de l’INSEEC, de l’ISEC, ou de l’ESC Rennes ne le sont pas non plus !

Et puis, un peu de mauvaise foi aidant, vous pourrez toujours soutenir qu’avoir indiqué MBA sur votre CV veut dire évidemment que vous êtes Married But Available, comme chacun le sait… et, qu’un peu plus loin, le MBA Stanford qui figure pourtant en gras voulait bien sûr dire que vous avez acheté votre MacBook Air à l’Apple Store de Stanford.

On rappellera donc qu’un diplôme ne se traduit jamais, car, en le traduisant, il perd tout son sens. Il est toujours préférable de conserver le nom exact de son diplôme et de son école.

Plus simplement, pour enjoliver son CV en anglais, le mieux est de conserver le nom du diplôme et le nom de l’école en Français. Ce que personne ne pourra vous reprocher…

Heureusement, il reste les titres des postes…

… qu’il est bien tentant d’enjoliver. Est-ce si sûr ?

Mais notre General Manager devenu Directeur Général sera bien ennuyé lorsqu’il devra retraduire son CV vers l’anglais… que faire ? Avouer qu’il n’était que General Manager ? Tenter le tout pour le tout et prétendre naïvement qu’il occupait des fonctions de Managing Director ? Eliminatoire dans les deux cas, mon cher Watson !

Directeur Général ou Director General sont parfaitement compréhensibles. D’ailleurs, en cas de doute, le recruteur pourra toujours consulter la page Wikipedia qui lui indiquera que « In France, the similar word président-directeur général (PDG) means the highest person in a company, who is at the same time chairman (président) of the board of directors and CEO (directeur général). »

https://en.wikipedia.org/wiki/Director_general

Donc, non, pour les titres non plus, cela ne fonctionne pas, et le candidat aura là aussi intérêt à rester aussi francophone que possible.

Là aussi, la bonne solution est de conserver le titre français, éventuellement expliqué, mais en évitant à tout prix de produire une équivalence toujours aléatoire.

Enfin, dans tous les cas, le candidat aura toujours intérêt à se souvenir qu’une traduction enjolivée propulsera souvent son CV dans la « pile des CV bidon » quand il tombera dans les mains d’un recruteur bilingue…